dimanche, 20 août 2017|

24 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Je préfère les minutes de paroles

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   3 commentaire(s)

Ils les ont tués pour les faire taire.
Ils les ont tués pour nous faire taire.
Et on nous a fait faire une minute de silence.
Une minute ça suffit.
Maintenant parlons.
Parlons-en.
Faisons des heures de paroles après la minute de silence.

Dans un couloir de mon lycée, j’ai affiché une soixantaine de dessins provenant de Charlie, ou rendant hommage aux cinq dessinateurs assassinés. (voir en fin d’article)
Et ça fait causer.
Ça fait polémiquer.

À la récréation, une collègue m’a dit qu’un membre de l’administration avait voulu retirer ces dessins. Au nom de la laïcité, sans doute ?! Au nom ce cette laïcité neutre, en blouse grise, où l’on ne doit parler de rien qui choque. Je n’ai pas les cocottes de choquer. Choquer, secouer, faire tomber les idées reçues du prunier de la connerie. Et ça a fait bouger.

Entre autres, deux dessins ont provoqué un vif débat dans le couloir.

JPEG - 166.2 ko
JPEG - 24.6 ko

Soufiane [1] était indigné de "Connard akhbar" "C’est une attaque contre le prophète". il a fallu lui expliquer que si Allah akbar veut dire Dieu est le plus grand, Connard akbar veut dire le plus grand connard...
Malgré celà, les deux affiches ont disparu pendant un cours.

À 16 heures, à la place du cours de MPS, où j’interviens avec un collègue de physique, nous avons organisé un débat. C’est là qu’on mesure le travail qui reste à faire :
Mounir : "Pourquoi on parle de 5 morts, ou 12, ou 20, et pas de tous les enfants morts en Palestine ?"
Julie : "C’est quoi la Palestine ? Une maladie ?"
Authentique, camarades. Plusieurs élèves ne savaient pas qu’un endroit du globe s’appelle comme ça. On leur apprend le rôle des mitochondries, la nature de la lumière, ils ne savent pas que la Palestine existe. Alors je leur ai raconté les début d’Israël, les camps de réfugiés, Gaza, les intifadas, et j’en ai profté pour leur expliquer BDS.
Seconde surprise pour moi. Plusieurs d’entre eux ne savaient pas que le Figaro, l’Humanité étaient des journaux. Aucun n’avait jamais ouvert charlie Hebdo alors qu’il arrive chaque semaine au CDI et qu’il est affiché en bonne place. "J’aime pas lire" expliquent certains.

Pendant ce débat mon collègue leur a projeté des couvertures de Charlie pour qu’on en parle. On leur a expliqué pourquoi cette image était drôle.

PNG

Paméla, choquée parla pornographie des dessins estimait que ce journal aurait dû être interdit depuis longtemps. Protestation indignée d’autres élèves...
Elle a compris le sens de celle-ci au moins :

JPEG

Abdelatif a défendu que Charlie pouvait montrer des fesses, critiquer des hommes politiques (et mêmes des femmes. OK pour celle-ci), mais pas le prophète. "Les prophète est sacré. C’est pécher des le caricaturer. Ça doit être interdit". Il ne se souvenait plus du numéro de la sourate, mais était certain que cela figurait dans le coran [Note post débat : le coran interdit l’idolâtrie des images, mais nulle par il n’est interdit de représenter Mohammed. Sur cette page des liens vers des reproduction d’art sacré où figure le prophète ).
Habib lui a fait remarquer que le coran interdisait également de tuer. Nous avons regardé ce dessin, et on leur a explicité Magritte.

JPEG

Et ils ont quitté la classe en en discutant.

Ce soir, 110ème anniversaire de la mort de Louise Michel, je suis fier de mon expo.
J’ai même pu leur parler de la commune de Paris, encore une chose qu’ils ne connaissait pas.

OpenDocument Text - 838.5 ko
OpenDocument Text - 2.7 Mo
OpenDocument Text - 1014.6 ko
OpenDocument Text - 1.4 Mo
OpenDocument Text - 3 Mo
OpenDocument Text - 1.1 Mo

3 Messages

  • Je préfère les minutes de paroles 18 janvier 2015 09:57, par init6a

    Pour une fois qu’il y a un bon article, réaliste, sur Questions de classe ...
    Merci donc à l’auteur.

    repondre message

  • Je préfère les minutes de paroles 19 janvier 2015 08:55, par Patrice Follenfant

    Salut JL,
    Convaincre, remporter l’adhésion, je crois que la partie est perdue depuis longtemps. L’école ne fait pas le poids
    par contre créer un espace de discussion, une agora permanente où l’on dépose les armes à l’entrée
    l’école comme un lieu d’intelligence où l’on s’écoute à défaut de se comprendre
    ce serait déjà bien

    repondre message

  • Je préfère les minutes de paroles 25 janvier 2015 11:16, par Bernard Collot

    "Et ils ont quitté la classe en en discutant."

    Chapeau ! Le plus important est fait !

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1086