dimanche, 22 octobre 2017|

29 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Intifada : chroniques de Véronique Decker (2)

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

L’été dernier, Véronique Decker nous avait accompagnés en proposant quelques unes de ses chroniques avant qu’elles ne soient publiées et rencontrent le succès que l’on sait (Trop classe ! Enseigner dans le 9-3, Libertalia).
Elle nous offre, pour ces deux mois de vacances, de nouveaux textes inédits à savourer tout au long de l’été...

Intifada

Le chantier de la rénovation urbaine est très loin d’être terminé. Maintenant que les tours ont été détruites, leur béton concassé, plusieurs immeubles vont être reconstruits. En attendant, des collines de gravats concassés ont été installées derrières des palissades.
Mais le collège ne fonctionne déjà plus, et les pré-ados s’ennuient. Alors, ce soir, bonne idée : ils ont escaladé les collines pour jouer aux cow-boys et aux indiens, in situ de ce magnifique terrain d’aventures. Pas besoin de flèches, les cailloux sont à disposition. Inutile de réfléchir, le mieux c’était de viser les voitures garées sur le parking. Quel parking ? celui de l’école.
Pas de chance pour eux, alors que l’étude finit à 18 h, il y avait dans l’école un réunion qui finissait à 17 h 45… La première instit arrivant sur le parking est de suite venue me prévenir.
Comme les enfants, je me glisse derrière la palissade par le trou qu’ils ont eux même créé. Je vois la jolie bande, fière d’elle, juchée sur les cailloux. Splendides et inconscients, ravis de leur mini intifada. Je crie, je tempête, ils reculent craignant tous d’être reconnus sans doute, car la plupart ont bien du passer un moment chez nous.
Un caillou de la grosseur du poing arrive dans la rue. Je m’effraie, car plus de cent élèves vont sortir de l’étude : un enfant pourrait être tué par des projectiles de cette taille. J’appelle la police, et deux voitures arrivent (prodige de la rénovation urbaine, depuis qu’il y a des rues, la police vient lorsqu’on les appelle…) ce qui finit d’effrayer les moineaux, courant par nuées, dans toutes les trouées qu’ils ont fait dans les palissades.
Il reste à espérer que cela les calmera jusqu’à la fête de l’école. Je ne voudrais pas finir l’année avec un accident grave. Mais j’espère qu’il y aura de la pluie demain, car c’est sans doute la meilleur alliée pour qu’ils restent chez eux.
La tension qui monte est palpable, et le recul constant des dates de vacances nous expose, car le lycée ne travaille plus, le collège ne travaille plus et nous sommes contraints de finir l’année scolaire hors cadre commun avec le secondaire.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1114