mardi, 17 janvier 2017|

6 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Expliciter pour faire comprendre ?

   Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   6 commentaire(s)

Le GFEN vous présente « le » dernier numéro de sa revue Dialogue n° 160 - Expliciter pour faire comprendre ?

Dans la mode des « labels » pédagogiques, celui de « pédagogie explicite » nous est présenté par ses thuriféraires comme la panacée pour résoudre les difficultés scolaires. Un dossier sur le site de notre mouvement a déjà opéré une clarification salutaire.
Dialogue développe la réflexion sur cette question. Une explicitation qui consisterait à découper les phases d’apprentissage, soi disant du simple au complexe, en entraînant l’élève à la reproduction de ce que montre le maître, ne serait, au mieux, qu’une illusion, au pire, une escroquerie.

Nous reviendrons, dans ce numéro, sur la notion, sous-jacente, d’implicite. Quels implicites ? Portés par qui ? Pour nous demander si tout doit être explicité ? N’y aurait-il pas comme une prétention à vouloir, ou prétendre, tout expliciter ?

Nous nous demanderons également qu’est-ce qui doit être explicité ? Le cadre, la conduite... de la démarche d’apprentissage, de construction du savoir ? Ou le donné fini de celui-ci, privant l’élève de tout plaisir de sa (re)découverte ?

Qui doit expliciter ? Le maître seulement ? Ou les élèves également, dans un mouvement d’appropriation des connaissances et savoirs travaillés ? Et comment, quelles conditions créer dans la classe, pour que cela soit possible et efficace ?

Tout cela posant la question pour quoi expliciter ?
Et si la question de l’explicite dans la pédagogie était une question mal posée ?

Lire l’éditorial Expliciter pour faire comprendre ? de Patrick RAYMOND

Voir le sommaire, lire des extraits ou commander

6 Messages

  • Expliciter pour faire comprendre ? 19 mai 2016 08:06, par Irène Pereira

    La question est également sur quels appuis scientifiques reposent la pédagogie explicite ou la critique de cette pédagogie.

    Il est tout à fait possible d’être critique du courant canadien dit Pédagogie explicite (développé par Bissonnette et Gauthier).
    Mais il faut à mon avis répondre à leurs appuis théoriques scientifiques qui sont très étayés que l’on soit d’accord ou pas avec eux.

    Leur approche pédagogique recourt :
    - à des méta-analyses nord américaines sur l’effet maître (ces analyses compilent des centaines d’étude)
    - aux travaux en psychologie cognitive
    - > "l’enseignant montre comment il fait" : le modelage s’appuie sur l’apprentissage vicariant tiré des travaux du psychologue socio-cognitiviste Alan Bandura.
    - > aller du simple au complexe : le problème c’est qu’il s’agit là d’un principe qui corrobore les travaux en psychologie cognitive sur la surcharge cognitive.

    Il me semble que penser une critique de l’approche dite "Pédagogie explicite" peut être tout à fait interessante. En effet, enseigner explicitement ne signifie peut être pas faire de la pédagogie explicite (voir par exemple les positions de Cebe et de Goigoux).

    Mais la critique doit se mener avec des vrais appuis scientifiques et non seulement à partir de croyances pédagogiques. On risque sinon de ne pas avancer de manière constructive dans ce débat.

    L’enjeux de ces débats est également la lutte contre la reproduction des inégalités sociales. Tous les travaux en sociologie sur cette question mettent en lumière que les pédagogies traditionnelles comme les pédagogies nouvelles tendent à souffrir d’un manque d’explicitation qui nuit aux élèves les moins dotés en capital scolaire de part leur milieu social.

    repondre message

  • Expliciter pour faire comprendre ? 19 mai 2016 08:16, par Irène Pereira

    C’est pour cela que l’on trouve aujourd’hui dans de nombreux textes de l’éducation nationale la demande d’enseigner explicitement :
    - par exemple dans Le référentiel de l’éducation prioritaire :
    https://www.reseau-canope.fr/education-prioritaire/fileadmin/user_upload/user_upload/accueil/Referentiel_de_l_education_prioritaire.pdf

    - dans le nouveau socle commun de connaissances et de compétences dans le domaine 2 en particulier.

    Par ailleurs, la pédagogie explicite en s’appuyant sur la psychologie cognitive recourt beaucoup à l’automatisation des compétences intellectuelles de bas niveau.

    Tout cela peut conduire à des interrogations concernant le risque d’une pédagogie différentiée en fonction des classes sociales et concernant l’acquisition des compétences intellectuelles de haut niveau.

    Il faudra sans doute dans ce débat distinguer ce qui relève des arguments scientifiques et des finalités philosophiques et socio-politiques que doit poursuivre l’école publique.

    repondre message

  • Expliciter pour faire comprendre ? 19 mai 2016 08:32, par Irène Pereira

    Je pense que pour que tout le monde puisse bien se faire une idée du débat. Il est interessant de consulter le site Internet suivant :
    http://www.formapex.com/

    Pour comprendre les arguments de la pédagogie explicite relativement à la lutte contre les inégalités sociales, voir également cet article :
    http://www.persee.fr/doc/rfp_0556-7807_2005_num_150_1_3229

    repondre message

  • Explicite ou "explicite" ? 20 mai 2016 05:59, par Bernard Appy

    Merci Irène pour vos interventions. Je n’aurais pas dit mieux...

    Pour s’y reconnaître, voir par exemple cet article.

    Cordialement.

    Voir en ligne : Site Form@PEx

    repondre message

  • Expliciter pour faire comprendre ? 20 mai 2016 15:40, par Irène Pereira

    Personnellement, je ne tiens pas à défendre un courant institué en particulier. J’ai mon avis personnel sur la question qui m’est tout à fait propre.

    Mais j’estime que l’honnêteté intellectuelle, c’est que personne ne soit caricaturé dans ses positions.

    C’est la base pour que chacun puisse se faire un avis sur un débat qui me semble important. Pour l’instant, je lis beaucoup de textes qui déforment les thèses ou masquent des arguments.

    repondre message

  • Je n’ai pas d’action dans la "pédagogie explicite", mais comme j’aime bien l’honnêteté intellectuelle, je trouve intéressant de signaler qu’au Canada, l’un des tenants de cette pédagogie qui mettrait "l’élève sous coupe réglée du maître et le préparerait à obéir" soit défendue par Norman Baillargeon, penseur anarchiste connu, auteur par ailleurs de :
    - L’ordre moins le pouvoir - Histoire et actualité de l’anarchisme, Editions Agone
    - Petit cours d’auto-défense intellectuelle, Editions Lux
    - Légendes pédagogiques, l’autodéfense en éducation, Editions Poète de Brousse.

    Entretien de Norman Baillargeon avec Steve Bissonnette sur la pédagogie explicite :
    https://drive.google.com/file/d/0B9acqT9DN0pjSEJfTnZFSlM2Zms/view?pli=1

    Serait-il possible de faire preuve réellement d’esprit critique sur ces questions c’est à dire de distinguer soigneusement ce qui relève du discours scientifique et des prises de positions politiques ?

    Il faut à mon avis se poser trois questions :

    - Quelles sont les connaissances scientifiquement les plus étayées actuellement concernant les pratiques pédagogiques ?

    - Quelles sont les finalités philosophico-politiques que nous souhaitons assigner à un enseignement public ?

    - Quels sont les moyens les plus efficaces de parvenir à ces finalités ?

    De ce fait, la "pédagogie explicite" est peut-être le système le mieux étayé scientifiquement (c’est à discuter), cela ne signifie pas automatiquement qu’il nous permette d’atteindre les finalités que nous pouvons désirer en éducation (c’est également à discuter).

    Mais tout cela suppose que l’on fasse preuve d’un peu de rigueur intellectuelle dans le débat et que l’on cesse les anathèmes et les procès d’intentions.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 956