mardi, 21 novembre 2017|

31 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Dangereux pédagogues !

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Quand j’ai vu cette page de la revue Le Point, j’ai tout de suite pensé aux avis de recherche de criminels, ces affiches placardées sur les murs avec des récompenses en monnaie trébuchante… « Wanted dead or live ».
Cet affichage sur le « tableau noir du malheur » des cancres assassins de l’école avec la brosse pour les effacer à la disposition du lecteur est un jugement arbitraire sans preuve scientifique et sans doute un coup médiatique.

Ensuite, mes yeux sont remontés sur le titre de l’article : « Ils ont tué l’école ! » Ces « assassins » sont ainsi exposés à la vindicte publique et leurs victimes sont « nos enfants [qui] paient le prix de réformes absurdes ». En fait, un article pour encenser le livre de Carole Barjon, une non-spécialiste des problématiques éducatives (rédactrice en chef adjointe du service politique à L’Obs), Mais qui sont les assassins de l’école ? Éd. Robert Laffont qui va sortir fin septembre.
On y trouve bien sûr le grand fantasme de la « méthode globale » qui était déjà reconnue coupable en 1959.
Freinet dans un fameux texte « La méthode globale, cette galeuse ! » :
« Il faut dans toute période difficile trouver un bouc émissaire.
La Méthode Globale est aujourd’hui responsable de tous les maux dont souffre l’École.
Si les enfants lisent moins bien qu’autrefois, c’est la faute à la Méthode Globale.
S’ils manquent d’attention et de concentration dans leurs devoirs, s’ils font trop de fautes dans leurs dictées ou dans leurs lettres, c’est évidemment la méthode globale qui en est la cause.
La discipline elle-même, et donc la marche générale des établissements, en sont affectés. Qu’on revienne donc à la bonne règle préalable du B-A BA et aux exercices méthodiques ; qu’on enseigne les bases avant d’aborder le tout, et l’éducation refleurira. L’État sera sauvé. […]
La méthode globale n’est employée dans aucune école française comme méthode de base, mais n’est pas moins déclarée responsable d’un désordre et d’une carence dont parents et éducateurs commencent à prendre heureusement conscience.
 » (L’Éducateur n° 19, supplément à, juillet 1959)
En 2016, cette méthode n’est toujours pas employée, mais elle est toujours déclarée responsable des échecs de l’École.
Un autre fantasme, l’orthographe qui serait considérée comme inutile, voire élitiste au primaire par les enseignants, la faute aux auteurs « fauteurs » des politiques éducatives et de leurs nouveaux contenus (méthodes d’apprentissages de la lecture (on y revient toujours !), d’enseignement du français et des nouvelles règles de grammaire.
Les bonnes vieilles dictées ne seraient plus pratiquées… et pourtant elles sont quotidiennes, comme le rappelait, il n’y a pas très longtemps, Najat Vallaud Belkacem. Peut-être est-ce la raison pour laquelle la ministre n’apparait pas sur la liste des « assassins » ?
Les pédagogues vertueux du siècle dernier seraient devenus les « pédagogistes » délinquants du 21e siècle.
D’un côté on reproche aux enseignants de ne pas appliquer les réformes, et de l’autre on se chagrine de leurs effets sur les résultats de l’École.
Les enfants sont donc en échec par la faute de réformes qui par ailleurs sont peu suivies…
Qu’importe les difficultés sociales et linguistiques, qu’importe l’absence de mixité sociale et scolaire dans les établissements, qu’importe les rythmes d’apprentissages pressés par les évaluations, qu’importe les ruptures éducatives aveugles aux parcours individuels, qu’importe la confiscation des clés de l’orientation dans les bonnes filières par ceux qui les possèdent, qu’importe l’explosion du chômage qui impacte encore plus les jeunes les moins diplômés et des milieux populaires…
Bref qu’importe l’apitoiement d’une société qui ne veut rien changer sur ce qui réussit à une petite partie de ses enfants : les héritiers des détenteurs de pouvoirs politiques et économiques.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1132