mercredi, 29 mars 2017|

25 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Conjuguer Freinet à tous les temps...

   Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   3 commentaire(s)

Entretien avec Catherine Chabrun, rédactrice en chef du Nouvel Éducateur

C’est le cinquantenaire de la disparition de Freinet, mais c’est aussi 90 ans de pratiques, d’expérimentations et de recherches à l’école et hors de l’école, de la maternelle au lycée. Un numéro exceptionnel de 140 pages du Nouvel éducateur présente le mouvement Freinet : une actualité ancrée dans l’Éducation nouvelle qui en ce début du xxie siècle demeure une force vive de propositions pour l’école populaire, celle de tous les enfants.

Cinquantenaire... « Freinet, toujours debout ! »
Dossier articulé en trois parties :
– La construction d’un mouvement pédagogique avec des articles d’historiens, de compagnons de Freinet et de militants ;
– L’actualité de la pédagogie Freinet, tout un avenir, avec des articles de praticiens, de militants, des secteurs et chantiers de l’iCEM ;
– Ensemble pour l’Éducation, avec des paroles extérieures.

Conjuguer Freinet à tous les temps, entretien avec Catherine Chabrun, rédactrice en chef du Nouvel Éducateur

- QdC : Freinet, ce n’est pas seulement du passé : où en est le mouvement qu’il a lancé ? Avec quelles perspectives pour l’avenir proche ?

- CC : Freinet craignait que le mouvement se fige et se personnalise comme Montessori, Decroly... il n’y a pas de « méthode Freinet », seulement le développement d’ un mouvement qui se nourrit de la société dans laquelle il vit et réciproquement la nourrit.

Ce qui se passe aujourd’hui dans une classe a peu à voir avec une classe des années 30, 50, 70, 90, etc. Ce qui y entre est relié au milieu qui l’entoure, aux problématiques de la société, aux nouvelles technologies... c’est ce qui a motivé Freinet dans le choix de l’expression « École moderne ». Ce qui lui a permis également de se distinguer de l’« Éducation nouvelle » qui représentait surtout des pédagogies bourgeoises loin de l’école populaire.

Aujourd’hui, comme tout au long du 20e siècle, la perspective du mouvement est l’émancipation de tous, ainsi les éducateurs Freinet font de la classe ce qu’ils souhaitent pour la société à venir :

- Être acteur et auteur de ses apprentissages avec un accès aux connaissances partagé, mutualisé, sans hiérarchie des savoirs et dans le respect des cheminements singuliers.
- Avoir le pouvoir de créer et d’agir.
- Dans un milieu fraternel, ouvert sur le monde, coopératif et démocratique avec une réelle participation aux choix, aux décisions, aux projets... et à leurs suivis.
Avec la reconnaissance et la valorisation des progrès, sans jugement ni compétition.

Comme notre société est de plus en plus individualiste, que le commun s’étiole, que le repli sur soi se généralise avec la peur de l’autre et de l’étranger, que l’opinion l’emporte sur l’information et la connaissance, que les résultats économiques prennent le pas sur les acquis sociaux, que la politique se réduit à des élections.... le mouvement Freinet aujourd’hui ne serait-il pas un des antidotes à cet empoisonnement de la société puisqu’il participe à la construction de l’adulte ?

Pour ce faire, le mouvement Freinet doit s’étendre dans les établissements scolaires, les espaces éducatifs et dans les lieux de formation. Il faut donc une volonté politique, et là ce n’est pas à l’ordre du jour !

- QdC : Freinet, c’est aussi du passé - au sens positif d’un immense patrimoine : le numéro passe vite sur son engagement politique et social (détaillé par contre dans Freinet, le maitre insurgé paru récemment chez Libertalia), sur ses difficultés tant avec ses adversaires que ses amis politiques, mais met l’accent sur l’année 1936. Pourquoi s’agit-il d’un moment-phare pour l’homme et le mouvement dans son entier ?

- CC : Oui, dans le numéro, la période du Front populaire est mise en avant, j’en suis sans doute un peu responsable avec les travaux que j’ai effectués et que j’ai portés avec enthousiasme. Il faut dire que c’était une période de rassemblement populaire avec un ministre de l’éducation engagé. Et puis 2016 : le Front populaire a 80 ans et ce sont les 50 ans de la mort de Freinet !

L’après-guerre a connu une forte dynamique également avec le Conseil national de la résistance, mais les rivalités politiques – notamment avec les communistes – n’ont pas permis à Célestin Freinet d’être force de proposition, notamment pour le Plan Langevin-Wallon qui d’ailleurs a été vite enterré.

Il y avait des tensions avant les années du Front populaire au sein du Groupe français de l’Éducation nouvelle qui regroupait alors tous les courants pédagogiques. Freinet souhaitait s’en éloigner, car il y voyait surtout des pédagogies actives plutôt que des pédagogies populaires et émancipatrices. Le Parti communiste voyait dans la pédagogie Freinet une pédagogie bourgeoise... surtout après 1945.

- QdC : Le mouvement Freinet a salué les réformes de Jean Zay et encouragé les éléments positifs de la récente « refondation » ; dans la revue, Najat Vallaud-Belkacem consacre son article à l’éloge du militant. Entre appréciations encourageantes, réticences ou désaveux, quel bilan l’ICEM-Freinet tire-t-il de la partie « éducation » de ce quinquennat ?

- CC : En général, l’ICEM ne s’est guère exprimé sur la « Refondation », il ne faut donc pas mélanger mes expressions personnelles et celles du mouvement. Il n’a pas fait de bilan du dernier quinquennat et je pense qu’il est variable selon les situations professionnelles et les sensibilités personnelles.
Pour ma part, j’ai réalisé une sorte de bilan en regroupant tous mes billets d’humeur de cette période. « Refondation », terminus tout le monde descend : http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/48336

- QdC : Freinet tenait à se démarquer d’autres courants de l’éducation nouvelle, principalement pour affirmer l’engagement social du mouvement. Comment l’ICEM se situe-t-il aujourd’hui vis-à-vis des autres mouvements pédagogiques et des autres grandes inspirations sociales (Freire, Korczak) ?

- CC : A la fois Freinet tenait à se démarquer des autres courants de l’Éducation nouvelle qui pour lui s’éloignaient de l’école du peuple, de l’éducation populaire, mais de l’autre, il leur rendait hommage et savait utiliser leurs pratiques pédagogiques quand elles correspondaient aux principes et à la philosophie de la pédagogie Freinet.

Aujourd’hui, il existe deux situations différentes :

- Il y a ce que j’appellerais les grands pédagogues comme Paulo Freire, Roger Cousinet, Paul Robin, Janusz Korczak, Anton Makarenko... qui ont nourri et nourrissent toujours les réflexions des militants Freinet. Des références et des fondamentaux indispensables.

- Et il y a les mouvements pédagogiques actuels avec lesquels l’ICEM travaille. Le plus souvent dans différents collectifs, associations qui défendent justement les références et les fondamentaux et se projettent dans l’avenir. Parfois c’est aussi au sein de rencontres, de stages, de congrès où sont mutualisées les expérimentations de chacun. Des publications, des ouvrages sont élaborés en commun.

Il y a parfois des divergences d’analyse politique sur telle ou telle réforme, il y a des pratiques pédagogiques différentes voire même des principes pédagogiques, certains mouvements sont plus dans le premier degré, d’autres dans le second, certains sont davantage présents dans la formation institutionnelle d’autres moins, certains sont plus hors de l’école, etc.

Mais ils ont tous en commun :

L’enfant sujet, l’éducabilité de tous, la motivation de l’enfant et qu’il soit actif dans ses apprentissages, des savoirs en articulation avec des projets mobilisateurs, la coopération et non la compétition, l’accompagnement personnalisé, apprendre mais surtout apprendre à apprendre, la formation à la citoyenneté et à la liberté,... et j’en laisse !

Et comme on en est loin, il reste du pain sur la planche pour les mouvements pédagogiques et ce ne sont pas les programmes électoraux déclarés qui peuvent changer l’éducation en France telle que nous la souhaitons.

Propos recueillis par Jean-Pierre Fournier

Cinquantenaire... « Freinet, toujours debout ! », Le Nouvel éducateur, n° spécial 229, octobre 2016, 12 €.

Sommaire et feuilletage du numéro sur le site de l’ICEM :
http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/48735

3 Messages

  • De Socrate à Piaget 22 décembre 2016 09:45, par TONOLO LYDIA

    Parmi les pédagogues émérites, peut-être auriez-vous pu rappeler Socrate et sa maïeutique ou Piaget qui, lui aussi, dans le cadre d’une démarche scientifique procède de l’imagination à la logique ?

    repondre message

  • Conjuguer Freinet à tous les temps... 28 décembre 2016 18:54, par Frédéric Jésu

    Catherine écrit : "le mouvement Freinet doit s’étendre dans les établissements scolaires, les espaces éducatifs et dans les lieux de formation. Il faut donc une volonté politique, et là ce n’est pas à l’ordre du jour !"

    Il me semble qu’il faudrait aujourd’hui que le mouvement Freinet s’étende notamment - en lien avec les écoles, les parents et les associations d’éducation populaire de proximité - dans les champs de l’animation dite "périscolaire" et de l’animation dite "extrascolaire", tant les enfants restent gravement inégaux devant les temps "libres" éducatifs. Là aussi, il "reste du pain sur la planche", mais il me semble aussi qu’il y a de la demande en ce sens, à saisir à travers les Projets éducatifs de territoire et la formation des animateurs.

    repondre message

  • Conjuguer Freinet à tous les temps... 28 décembre 2016 19:09, par Frédéric Jésu

    Catherine écrit : "le mouvement Freinet doit s’étendre dans les établissements scolaires, les espaces éducatifs et dans les lieux de formation. Il faut donc une volonté politique, et là ce n’est pas à l’ordre du jour !"

    Il me semble que le mouvement Freinet devrait notamment s’étendre aujourd’hui - en lien avec les écoles, les parents et les associations d’éducation populaire de proximité - dans les champs de l’animation dite "périscolaire" et de l’animation dite "extrascolaire" tant restent flagrantes les inégalités de tous ordres des enfants et des jeunes devant les temps "libres" éducatifs.

    Certes, "il reste du pain sur la planche" en ces domaines, mais je crois qu’il y a ici ou là de la demande, à envisager dans le cadre des Projets éducatifs de territoire et des formations (communes ?) des animateurs/trices.

    Voir en ligne : Conjuguer Freinet à tous les temps...

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1008