mercredi, 29 mars 2017|

28 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Chère grammaire, belle grammaire !

   Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Don Léopold Auguste
Chère grammaire, belle grammaire, délicieuse grammaire, fille, épouse, mère, maîtresse et gagne-pain des professeurs !
Tous les jours je te trouve des charmes nouveaux ! Il n’y a rien dont je ne sois capable pour toi !
La volonté de tous les écolâtres d’Espagne m’a porté ! Le scandale était trop grand ! Je me suis jeté aux pieds du Roi.
Qu’est-ce qui se passe là-bas ? qu’est-ce qui arrive au castillan ? Tous ces soldats à la brigande lâchés tout nus dans ce détestable Nouveau-Monde.
Est-ce qu’ils vont nous faire une langue à leur usage et commodité sans l’aveu de ceux qui ont reçu patente et privilège de fournir à tout jamais les moyens d’expression ?
Une langue sans professeurs, c’est comme une justice sans juge, comme un contrat sans notaire ! Une licence épouvantable !
On m’a donné à lire leurs copies, je veux dire leurs mémoires, dépêches, relations comme ils disent. Je n’arrêtais pas de marquer des fautes !
Les plus nobles mots de notre idiome employés à des usages autant nouveaux que grossiers !
Ces vocables qu’on ne trouve dans aucun lexique, est-ce du toupi ? de l’Aztèque ? de l’argot de banquier ou de militaire ?
Et qui s’exhibent partout sans pudeur comme des Caraïbes emplumés au milieu de notre jury d’agrégation !
Et cette manière de joindre les idées : la syntaxe pour les réunir a combiné maint noble détour qui leur permet peu à peu de se rapprocher et de faire connaissance.
Mais ces méchants poussent tout droit devant eux et quand il ne peuvent plus passer, ils sautent !
Vous trouvez que c’est permis ?
Le noble jardin de notre langage est en train de devenir un parc à brebis, un champ de foire, on le piétine dans tous les sens. Ils disent que c’est plus commode. Commode ! Commode ! ils n’ont que ce mot-là à la bouche, ils verront le zéro que je vais leur flanquer pour leur commode !

(...)

Don Fernand

Je hais ces fabricateurs de théories. Ce sont des choses qu’on n’aurait pas permises autrefois.

Don Léopold Auguste

Vous l’avez dit, cavalier ! Il devrait y avoir des lois pour protéger les connaissances acquises.
Prenez un de nos bons élèves par exemple, modeste, diligent, qui dès ses classes de grammaire a commencé à tenir son petit cahier d’expressions,
Qui pendant vingt années suspendu aux lèvres de ses professeurs a fini par se composer une espèce de petit pécule intellectuel : est-ce qu’il ne lui appartient pas comme si c’était une maison ou de l’argent ?
Et au moment où il se prépare à jouir en paix des fruits de son travail, où il va monter en chaire à son tour,
Voilà un Borniche ou un Christoufle quelconque, un amateur, un ignorant, un tisserand qui fait le marin, un chanoine frotté de mathématiques, qui vient foutre tout en l’air,
Et qui vous dit que la terre est ronde, que ce qui ne bouge pas bouge et que ce qui bouge est ce qui ne bouge pas, que votre science n’est que paille et que vous n’avez qu’à retourner à l’école !
Et alors toutes les années que j’ai passées à apprendre le système de Ptolémée, à quoi est-ce qu’elles m’ont servi, s’il vous plaît ?
Je dis que ces gens sont des malfaiteurs, des brigands, des ennemis de l’Etat, de véritables voleurs !

Don Fernand

Peut-être des fous simplement.

Don Léopold Auguste

S’ils sont fous, qu’on les enferme ! s’ils sont sincères, qu’on les fusille ! Voilà mon opinion.

Don Fernand

J’ai toujours entendu mon feu père me recommander de craindre les nouveautés.
"Et d’abord", ajoutait-il aussitôt, "il n’y a rien de nouveau, qu’est-ce qu’il peut y avoir de nouveau ? "
Je serais encore plus fort de cet avis si je n’y sentais je ne sais quoi de malpropre et qui ne s’ajuste pas.

Don Léopold Auguste

C’est que vous allez trop loin et que vous n’avez pas bien lu le solide Pedro.
Non, non, que diable, on ne peut pas rester éternellement confit dans la même confiture !
"J’aime les choses nouvelles", dit le vertueux Pedro. "Je ne suis pas un pédant, Je ne suis pas un rétrograde. "Qu’on me donne du nouveau. Je l’aime. Je le réclame. Il me faut du nouveau à tout prix."

Don Fernand

Vous me faites peur !

Don Léopold Auguste

"Mais quel nouveau ? " ajoute-t-il. " Du nouveau, mais qui soit la suite légitime de notre passé. Du nouveau et non pas de l’étranger. Du nouveau qui soit le développement de notre site naturel.
"Du nouveau encore un coup, mais qui soit exactement semblable à l’ancien ! "

Paul Claudel ; Le Soulier de satin. 1929

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1008