mardi, 24 octobre 2017|

26 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Charlie Hebdo : pourquoi des dessinateurs de presse ont-ils été assassinés ?

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Sur son blog, Emamnuel Grange, prof d’histoire-géographie éducation civique présente ce qu’il fait aujourd’hui dans ses classes.

Ce mercredi 7 janvier est un jour noir pour la presse et la démocratie françaises. Deux hommes ont attaqué les locaux du journal satirique Charlie Hebdo avant de prendre la fuite. À l’heure où j’écris ces lignes le bilan est de 12 morts, une vingtaine de personnes sont blessées dont certaines très grièvement. Parmi les victimes de cette attaque terroriste, deux policiers, quatre dessinateurs (Charb, Cabu, Tignous et Wolinsky) et le journaliste Bernard Maris. Même si cela est difficilement imaginable, des hommes sont morts pour des dessins en France.

Comprendre : quelques éléments d’explication

Charlie Hebdo est un journal satirique où travaillent des caricaturistes.

C’est quoi un journal satirique ?

La presse satirique utilise la satire comme moyen d’expression et d’information. C’est souvent par le biais des dessins et des caricatures qu’un journal satirique tourne en ridicule quelqu’un ou quelque chose.

Que fait un caricaturiste ?

Le but du dessinateur de presse est passionnant : avec un angle de vue et un trait d’humour, il faut commenter le plus simplement du monde une actualité parfois complexe. Pour l’Iranienne Firoozeh Mozaffari, « un caricaturiste est un journaliste qui sait dessiner ». Un caricaturiste, c’est aussi quelqu’un qui provoque puisque ses dessins dérangent. Comme le montre le film « Caricaturistes, les fantassins de la démocratie », les dessinateurs de presse « défendent la démocratie en s’amusant, avec, comme seule arme, un crayon, au risque de leurs vies. »

Clique sur ce lien pour écouter Charb, directeur de publication de Charlie Hebdo tué hier, qui expliquait en 2013 sa conception de la liberté d’expression


Pour comprendre les menaces qui pesaient sur Charlie Hebdo, il faut remonter à l’affaire des caricatures (2006) et à la Une ‘Charia Hebdo’ (2011)

(source : Attentat contre Charlie Hebdo : huit ans de caricatures et de menaces, Le Point)

L’affaire des caricatures de Mahomet : 2006

« Qui sont les auteurs du terrible attentat commis, mercredi, contre Charlie Hebdo ? Les autorités restent prudentes. Depuis février 2006 cependant et la première affaire des caricatures de Mahomet, Charlie Hebdo a été à plusieurs reprises la cible de menaces et mis sous protection policière. À l’époque, le journal satirique avait reproduit des caricatures du prophète parues initialement dans le journal danois Jyllands-Posten, et qui avaient valu à leur auteur des menaces de mort. Charlie Hebdo les accompagnait d’un dessin de Cabu montrant Mahomet, la tête entre les mains et disant : « C’est dur d’être aimé par des cons…« 


‘Charia Hebdo’ : 2011

« Le 31 octobre 2011, deux jours avant la publication de l’hebdomadaire, la presse diffuse la une à venir. Charlie prévoit un numéro spécial « Charia Hebdo, Mahomet rédacteur en chef » après l’arrivée au pouvoir du parti islamiste Ennahda en Tunisie. Dans la nuit du 1er au 2 octobre, les locaux du journal, alors situés dans le 20e arrondissement de Paris, sont incendiés. Charb, directeur de la publication, Riss, directeur de la rédaction, ainsi que le dessinateur Luz, auteur de la caricature de une, sont placés sous protection.« 

La réaction de Cabu, célèbre dessinateur français et directeur artistique de Charlie Hebdo, tué dans l’attentat terroriste du 7 janvier

La réaction de quelques musulmans français en 2012

Une réaction à l’attentat du 7 janvier 2015
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=zu5_ZSXSoa0#t=0
Sur le site internet du Monde, la réaction du politologue Jean-Yves Camus, proche de la rédaction de Charlie Hebdo

« Tous les gens que je connaissais sont morts, ce que je peux vous dire, c’est qu’on a jamais vu, dans l’histoire de notre pays, un organe de presse être méthodiquement décimé selon un mode opératoire militaire. Aucun journal n’a été ainsi attaqué, car il y a un principe qui est celui de la liberté de la presse, qui était respecté jusqu’à présent. C’est un stade de l’escalade inimaginable. Les gens qui travaillaient à Charlie Hebdo n’ont aucun sentiment de haine envers qui que ce soit, surtout pas envers les musulmans. Ils sont dans la critique des religions. Ceux qui ont commis ces attentats n’ont rien compris. On est dans la haine absolue, la négation absolue de la pensée. En France, on a depuis trois siècles une presse qui a contribué à faire tomber bien des pouvoirs, la presse est libre et les Français y sont attachés, si les auteurs pensent qu’ils pourront faire tomber ainsi la liberté de la presse, ils se trompent. La première victime de l’idéologie islamiste radicale, comme le disait Charlie, ce sont les musulmans. « 


ACTIVITÉ : À vos crayons !

Réalise un dessin pour défendre la liberté de la presse / rendre hommage aux dessinateurs » ces fantassins de la démocratie »

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1118