mercredi, 23 août 2017|

15 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Ce que nous apprennent nos élèves d’UPE2A

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   3 commentaire(s)

A Paris, les Unités Pédagogiques pour Élèves Allophones Arrivants sont encore des classes. Nous passons donc 18 heures par semaine en compagnie de nos élèves.
Comment, dès lors, pourrions-nous ne pas en être quelque peu transformés ?
Cela est encore plus vrai s’agissant d’élèves jamais encore scolarisés dans le pays d’où ils arrivent.

Dans la rencontre entre ce que nous estimons nécessaire qu’ils apprennent pour être à même de prendre leur place à l’école et dans la société et leurs interrogations et incompréhensions naît un espace chaque fois différent et infiniment singulier.
Ainsi la première fois que l’on dessine au tableau une flèche, allant de gauche à droite, et censée représenter le temps. Pour nous, cette représentation est si bien intégrée qu’elle semble aller de soi.
Elle nous sert à expliquer le temps dans le système verbal, la succession d’événements historiques, on la représente aussi dans l’espace lorsque l’on veut mimer le passé ou l’avenir…

Nous oublions qu’elle est le fruit de notre inscription dans un monde de l’écrit qui pour nous est un mouvement allant de gauche à la droite. Notre temps n’est pas cyclique, comme le sont pourtant les saisons et la course des planètes.

Expliquer aux élèves le fonctionnement de cette flèche est aussi leur raconter le fonctionnement de notre pensée. Et lorsqu’on y place un point zéro représentant le présent ou, si on fait de l’histoire, le début de notre calendrier, leurs questions, leur étonnement, leur envie de nous comprendre et leurs difficultés à y parvenir nous donnent l’étrange sensation d’être face à un grand mystère de l’univers.

De même, lorsqu’on souhaite aborder avec eux le domaine scientifique, les volcans, par exemple, et les raisons des éruptions volcaniques. Une fois que les plaques tectoniques ont été décrites, la lave en fusion, la pression etc., que répondre à ce « pourquoi ? » qui perdure. Et pourquoi une graine germe-t-elle ? Pourquoi le cycle de l’eau ?

Nous ne pouvons qu’expliquer, une fois de plus, que c’est de notre manière de penser qu’il s’agit : les liens de causalité, dans l’attitude scientifique, sont à chercher en dehors du bien et du mal. La vision téléologique en est bannie. Cela est dû tant à notre histoire avec les religions qu’à notre vision linéaire du temps, liée à notre pratique de la langue ; l’effet ne peut précéder la cause, il ne peut donc certainement pas l’expliquer. L’eau ne tombe pas pour nous donner à boire. Les volcans n’explosent pas pour nous punir. Et, oui, c’est ainsi que nous autres vivons : avec nos questions sans réponses.

En décrivant le mécanisme du volcan, nous n’avons pas expliqué pourquoi, en réalité, mais simplement comment.

Alors, ce qu’on apprend avec nos élèves, en essayant de les suivre dans leurs interrogations face à ces vérités plurielles, c’est l’étrangeté de notre vision du monde. L’attention intense qu’ils consacrent à nous comprendre, la bienveillance avec laquelle ils nous écoutent et tentent de nous expliquer en quoi cela leur semble étrange, font de cette rencontre un vrai moment de pensée. Commune.

3 Messages

  • Ce que nous apprennent nos élèves d’UPE2A 30 novembre 2015 08:09, par Joëlle Aden

    Un grand merci pour ce témoignage qui montre à quel point le questionnement des jeunes nous invite à changer de perspective et à revisiter nos certitudes sur l’essentiel.

    repondre message

  • Ce que nous apprennent nos élèves d’UPE2A 30 novembre 2015 15:09, par claire grimaldi

    Ce qu’ils nous apprennent aussi, c’est qu’ils sont capables d’apprendre très vite ce que d’autres ("les autochtones endormis") mettent des années à acquérir. Ce qui rend optimiste n’importe quel enseignant quant aux possibilités infinies de l’intelligence d’un écolier, pour peu qu’il soit en situation dynamique, et accueilli dans le respect et la dignité qui lui est due. Toutes ces observations empiriques viennent contredire les affirmations de la doxa en vigueur qui persiste à rendre les élèves migrants responsables de la baisse générale du niveau de l’école publique. Leur reconnaître au contraire un rôle moteur et dynamisant permettrait à l’ensemble du système scolaire de profiter de leur arrivée pour revenir à ce qui fait le charme de l’école : s’instruire et communiquer avec un autre différent donne au monde plus de consistance en multipliant les angles de vue et en le décrivant, du coup, un peu mieux. Car la question qui mériterait d’être étudiée reste toujours : comment font ces élèves pour assimiler aussi vite de quoi faire bonne figure en classe type ? Je ne compte plus, parmi mes anciens "primo arrivants" (oui je sais le terme n’est pas joli, mais ça n’a pas d’importance pour le coup) des mentions très bien au Brevet, et au Baccalauréat. D’élèves dont les familles ont obtenu ou non des papiers pour vivre légalement en France. Résilience ? Certes. Et alors ?

    repondre message

  • Grand merci pour vos commentaires. Cette incroyable rapidité d’apprentissage est en effet importante à souligner !

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1086