mercredi, 22 novembre 2017|

53 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Si l’on considère la nomination d’un ministre comme un signal fort, alors celle de Blanquer à l’éducation est incontestablement un très mauvais signal. Car l’homme n’est pas un inconnu : comme recteur de l’académie de Créteil de 2007 à 2009 puis, surtout, comme directeur général de l’enseignement scolaire de 2009 à 2012, il a occupé les plus hautes fonctions dans l’EN à une époque que l’on peut considérer comme l’une des pires de l’histoire de l’enseignement : les années Sarkozy. On ne parle pas ici simplement de la suppression de dizaines de milliers d’emplois qui ont marqué la période mais du fait que Blanquer, par son dogmatisme, par sa méconnaissance certaine d’un domaine où les clichés lui suffisent, par sa brutalité, son refus du débat, a largement contribué à déstabiliser lourdement un système éducatif qui n’en avait pas besoin.

Parmi ses titres de gloire, on citera en vrac : la suppression de la formation des enseignants (à qui il suffisait de distribuer un DVD pour leur expliquer comment faire leur travail...), la mise à mal de l’éducation prioritaire, la promotion de méthodes simplistes et caricaturales d’enseignement (point de salut hors de la syllabique), les désastreux programmes 2008 de l’enseignement primaire mais aussi des créations ubuesques dont il est manifestement très fier, comme les ruineux internats dits « d’excellence » (dont le principe consiste à prélever les meilleurs élèves des établissements défavorisés pour les rassembler à l’écart du menu peuple des collèges) ou encore les ERS (établissements de réinsertion scolaire conçus comme des lieux mi-d’enfermement mi-d’éducation pour des élèves qualifiés de « perturbateurs ») , gadgets typiquement sarkozyens, tellement coûteux et inutiles qu’ils ne lui ont pas survécu.

Avec Blanquer, c’est incontestablement un représentant de la droite dure qui prend la tête de l’EN, avec un programme qui, dans ses grandes lignes, ne diffère guère de celui qui était envisagé par le candidat Fillon… qu’il a d’ailleurs fidèlement servi de 2007 à 2012. Un personnage clivant, perpétuellement dans le conflit, incapable d’écouter : la société apaisée, réconciliée, vantée par Macron ne passera sûrement pas par l’école.

En 2014, Blanquer avait précisé ses conceptions dans un bouquin modestement intitulé L’école de la vie. Voir l’analyse du Café pédagogique.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1132