mercredi, 22 novembre 2017|

37 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

Appel à contribution n° 4 La classe comme collectif

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   4 commentaire(s)

« Le pire de tout, c’est d’avoir fait des écoles, des lieux où on est en compétition les uns contre les autres »
Albert Jacquard

En France, l’histoire de la contestation scolaire s’est principalement jouée au sein même de l’institution. C’est dans l’école publique que les militants syndicalistes et les pédagogues engagés ont voulu subvertir « de l’intérieur » un système éducatif autoritaire et inégalitaire. N’attendant pas que le changement vienne d’en haut ou d’à côté, ils ont pensé, mis en œuvre et expérimenté une « pédagogie d’action directe », pour reprendre la formule des premiers instituteurs syndicalistes.

Cette nouvelle livraison de la revue N’Autre école se propose d’explorer ces pratiques quotidiennes de rupture, de les faire connaître, de les relier entre elles : dans leur actualité et leur transversalité, de la maternelle à l’université et même au-delà de l’école, mais aussi dans leurs différents héritages. Si notre pédagogie se construit aujourd’hui, dans le vécu des classes et des établissements, elle se ressource aussi auprès des expérimentations et des combats d’hier ou d’ailleurs.
Mutualiser ces tâtonnements, questionner leur portée, tel est l’enjeu et l’ambition de ce numéro à paraître au printemps 2016. Nous avons choisi de privilégier un élément essentiel de rupture avec l’individualisation croissante imposée par le libéralisme dominant : instaurer à l’école le primat du collectif.

Pourquoi, le collectif ?

Historiquement, le modèle « républicain » d’enseignement est conçu au XIXe siècle pour l’école publique en opposition aux démarches d’enseignement mutuel jugées trop émancipatrices : c’est un enseignement frontal dispensé par un maître omniscient et omnipotent à des élèves groupés en classe d’âge et répartis inégalement entre deux systèmes scolaires socialement différenciés (l’école publique et le lycée). Dès lors, les tentatives d’enseignement collectif et parfois mutuel sont confinées dans les marges et parfois réprimées.

Depuis les années 1960, conformément au dogme libéral et aux intérêts des pouvoirs économiques, on assiste à une individualisation des parcours scolaires, accentuée depuis quelques années (orientation psychologisante, évaluation par compétences, aide individualisée hors de la classe, et « accompagnement personnalisé », etc.). Sous couvert d’adapter la pédagogie aux élèves, on est passé d’une pédagogie « différenciée » dans la classe à un éclatement de la classe elle-même, dans le second degré mais aussi dans le premier avec notamment le déploiement des activités périscolaires. Corollairement, l’invention de l’ « échec scolaire » fait intégrer par chaque famille la responsabilité du devenir scolaire de ses enfants.

Face à cette logique d’individualisation, de compétition et de culpabilisation, il importe alors pour nous de retrouver le sens du collectif, parce qu’il est porteur de solidarités et d’égalité.

C’est quoi, le collectif ?

C’est d’abord une structure, la classe, qui constitue une micro-société, composée aléatoirement et donc de manière hétérogène comme toute société, à l’opposé de toutes les filières ségrégatives et de la sélection sociale via la « carte scolaire » ou la constitution de « classes de niveau ».

C’est aussi, et surtout, des pédagogies qui favorisent la coopération en développant des formes collectives d’apprentissage et mutuelles d’enseignement.
C’est enfin un travail d’équipe des personnels intervenant dans la classe ou l’établissement, nécessitant de la souplesse et une certaine autonomie.

Comment, le collectif ?

Restaurer le primat du collectif passe par la revendication assumée de classes hétérogènes à tous les niveaux, forme minimale de résistance à la sélection sociale. Au sein de la classe sont instaurées des formes d’enseignement qui rompent avec l’enseignement frontal : travaux de groupe, échanges, etc. Dans cette perspective, les procédures d’enseignement mutuel, entre élèves, entre groupes d’élèves, entre classes, prennent toute leur place. Enfin, il est nécessaire de développer des pratiques d’évaluation qui rompent avec l’évaluation individuelle par l’enseignant-e comme avec la « méritocratie ».

De telles pratiques ont déjà été mises en œuvre ici et là, souvent en rupture, par des enseignant-e-s engagé-e-s. Si la structuration du premier degré, avec l’enseignant unique, les a facilitées, de nombreuses tentatives ont aussi été développées en collège et en lycée, malgré les contraintes inhérentes à ce niveau. C’est cet ensemble de démarches, dont l’actualité montre la pressante nécessité, que nous nous proposons d’explorer ici, à travers l’expérience et les analyses des un-e-s et des autres.

Nous attendons vos contributions, vos réactions, vos suggestions, etc.
N’hésitez pas à prendre contact avec le collectif de rédaction : admin chez questionsdeclasses.org
Date limite de remise des textes : 30 avril 2016

4 Messages

  • Appel à contribution n° 4 La classe comme collectif 1er mars 2016 09:33, par Jean-François Le Maréchal

    si on veut de très bons pianistes, de très bons perchistes, de très bon ingénieurs, de très bons philosophes, de très bon danseurs il faut à un moment sortir des jeunes des classes hétérogènes ; celles-ci permettent d’avoir de très bons citoyens mais ça ne suffit ni pour certains enfants ni pour le pays

    repondre message

    • Appel à contribution n° 4 La classe comme collectif 1er mars 2016 16:17, par François Spinner

      Le problème c’est sans doute ce moment dont vous parlez, le moment où le désir de travailler avec un instrument, avec son corps, avec les autres, s’affirme sur fond d’expérience personnelle de la vie collective plutôt que de la vie de bête à concours. Être excellent ce n’est pas surpasser les autres c’est travailler à fond un art, une matière, des relations, et créer du neuf à partir de là.
      Il va de soi que le maintien de classes hétérogènes doit s’accompagner de possibilités d’ouverture qui se rencontrent trop souvent seulement dans la famille d’où la reproduction des inégalités.
      Mais de nombreuses expériences pédagogiques ont montré que l’investissement de ceux qui marchent le mieux dans l’aide aux autres à les suivre, ce que peut organiser une classe conçue comme collectif, n’empêche pas les meilleurs élèves d’apprendre et d’assimiler, au contraire ; il leur donne une capacité pédagogique que la concurrence à outrance leur retire.
      Jules Ferry se souvenait encore de l’expérience de l’école mutuelle quand il construisait de très belles écoles pour attirer les enfants des milieux bourgeois, plus favorisés scolairement, pour en faire des locomotives vis à vis des enfants plus défavorisés.
      Le collectif contrairement à ce que disent ses détracteurs, ce n’est pas le nivellement, mais la reconnaissance des différences et leur mise en jeu pour le bien de tous. Charles Fourier en a abondamment disserté mais regrettait qu’à l’école ce soit mis en œuvre de façon trop militaire.
      Anne Q.

      repondre message

  • Appel à contribution n° 4 La classe comme collectif 1er mars 2016 10:17, par Questions de classe(s)

    J’ai mis du temps à comprendre toute l’ironie contenue dans ce message... mais les derniers mots ont enlevé mes doutes...

    Grégory Chambat

    repondre message

  • Ben non 6 mars 2016 11:04, par Gérard Delbet

    Vous n’êtes pas au « bon niveau », monsieur Chambat. La structure qui constitue la micro-société dont vous parlez ne devrait pas être la classe mais l’école. C’est, dans l’état actuel du monde, la seule et bonne dimension à prendre en compte. Vous jouez d’ailleurs, comme les différents pouvoirs qui l’administrent, sur l’ambiguïté du mot « école », parfois « l’école » est le mot que vous employez, mais c’est évidemment souvent la classe qui sert la réalité de vos propositions.
    Ce n’est sûrement pas (ou bien les milliers de classes Freinet auraient déjà bouleversé le Machin) en ne pratiquant que la classe que quoi que ce soit restaurera le primat du collectif.
    Il y a d’autres voies à explorer, mais pas celle que vous proposez, largement obsolètes et où s’embourbent encore tant de bonnes volontés émancipatrices. J’ai déjà contribué à cette sorte de débat dans un numéro spécial du Monde Libertaire (D’ores et déjà, l’école Vitruve, lieu commun) sur l’éducation paru en février 2013, je ne vois pas ce qu’il y aurait à ajouter ni à contester dans votre présentation des choses.
    Gérard Delbet

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1132