mardi, 26 septembre 2017|

14 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

A l’école, on ne commémore pas les guerres : on les célèbre

Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF   3 commentaire(s)

Dans le cadre d’une enquête menée auprès de 7000 élèves âgés de 11 à 19 ans, auxquels il a été demandé de raconter l’histoire nationale (1), une des co-auteur.e.s, Eglantine Wuillot, s’est plus spécialement intéressée aux représentations de ces derniers portant sur la guerre. De fait, « la guerre, opérateur de l’histoire », est omniprésente dans le récit des élèves, un récit qui n’est guère baigné de considérations pacifistes.

Les guerres françaises toujours légitimes…

Sur les 3767 lycéens ayant participé à l’enquête, de fait, bien peu d’entre eux - 20 % - s’interrogent sur le sens des guerres. Seuls 1,9 % dénoncent leur « inutilité », leur « absurdité », alors que dans le même temps, 10 % y voient « un facteur de progrès ». Pour beaucoup, ces guerres auraient même une fonction « régénératrice » : l’histoire est perçue comme une succession de périodes de conflits et de paix à l’issue desquelles, « on s’en sort » toujours et, bien sûr, vainqueurs.

Bien peu critiques, lorsqu’ils cherchent à donner du sens à l’événement, notamment aux guerres du 20e siècle, davantage étudiées que les autres, les élèves mettent en avant la justification du « droit » : les guerres françaises sont toujours menées au nom de nobles principes qui les justifient. Lorsqu’elle est en guerre, la France se bat toujours pour la liberté, la justice, l’égalité. Pour la république également : mais comme la république fait l’objet dans tout le cursus des élèves d’une véritable sacralisation, ce sont en quelque sorte des guerres saintes que mène la France. Pour beaucoup, la guerre est même « un moyen d’élévation vers la grandeur ». Dans tous les cas, la France, constamment menacée, ne fait jamais que se défendre. Ses ennemis attitrés sont « les Anglais » pour les périodes les plus anciennes de l’histoire mais surtout « l’Allemagne », réduite au seul Hitler, unique Allemand dont, manifestement, les élèves connaissent le nom. Ce dernier fait d’ailleurs partie du top 10 des personnages les plus mentionnés par les élèves du primaire et du secondaire (2). Un élève laisse aussi percer toute sa fierté : « Grâce à tout ce qu’a subi la France et malgré tous ces combats, elle a su faire preuve de bravoure et c’est grâce à cette histoire que nous sommes là aujourd’hui en si bonnes conditions. » Ou encore cet autre, dont l’enthousiasme patriotique vient démentir – qu’il soit permis de s’en désoler – les assertions tellement rabâchées sur l’enseignement d’une histoire pénitentielle : « Nous remportons enfin la guerre [la Seconde guerre mondiale] grâce aux Etats-Unis. Aujourd’hui, nous pouvons être fiers de notre pays et de porter cette nationalité qui est d’être français. » On ne chantera jamais assez haut la gloire de la guerre… Notons ici l’emploi, fréquent dans l’enquête, du « nous » suggérant un sentiment d’appartenance à la collectivité guerrière et nationale. « D’après les récits d’élèves – écrit Eglantine Wuillot – la guerre constitue une part notable de la mémoire du peuple français. Elle fonde en quelque sorte l’identité de la France, pays guerrier et victorieux. » Bien davantage, précise-t-elle, que les luttes sociales « qui restent très absentes des récits. »

… surtout lorsqu’elles sont soigneusement sélectionnées

Ces tirades guerrières à connotation héroïque, sans nuances, ne viennent évidemment pas de nulle part : si, dans bien des cas, elles témoignent d’une connaissance approximative de l’événement évoqué et de son contexte, d’un autre côté, il faut comprendre qu’elles sont le fait d’élèves exposés depuis l’école primaire à un enseignement de l’histoire toujours en grande partie organisé autour du « roman national », un récit tronqué et artificiel faisant la part belle – et quasi exclusive en CM1-CM2 – à l’histoire politique et militaire, truffée de « grandes dates » et de « grands personnages » considérés comme les principaux acteurs de l’histoire. Dans une perspective téléologique qui fait de la France actuelle le résultat d’une patiente et consciente construction voulue par les dirigeants, d’abord de la monarchie puis de la république, l’histoire guerrière du pays est nécessairement amputée et biaisée : évacuées, les guerres coloniales, laissées de côté les innombrables guerres d’agression dont la responsabilité incombe à la France, passées sous silence les violences, les pillages, les destructions, les ravages exercés par les armées françaises royales ou républicaines. Toujours avec la meilleure conscience du monde puisque la France est toujours dans son bon droit. Une bonne conscience que les programmes officiels se gardent bien de troubler et se chargent même d’entretenir à travers l’éducation à la défense considérée comme un complément indispensable aux cours d’histoire. Après tout, à partir du moment l’éducation à la défense « vise à faire comprendre [aux élèves] que les militaires servent la Nation », pourquoi faudrait-il troubler leurs certitudes avec des questionnements hasardeux sur les incessantes interventions militaires extérieures de la France (plus d’une quarantaine rien qu’en Afrique au cours du demi-siècle écoulé), sur l’entretien de la bombe atomique, expression d’un terrorisme d’état ou encore sur la place éminente de la France dans le commerce des armes qui entretient guerres et tensions sur toute la planète ?

Questions interdites

On ne trouvera pas non plus, dans les préoccupations des élèves, quelque chose qui ressemblerait à un début de prise de conscience sur ce qui reste le moteur des guerres : la fabrique du guerrier. Dans un pays qui persiste à considérer la conscription comme un mode d’éducation et de formation civique parfaitement légitime (et dont la plupart des partis politiques réclament le rétablissement), il serait inconcevable que cette institution, dont la finalité est d’apprendre à tuer ou à se faire tuer sur ordre, puisse apparaître aux yeux des élèves et de leurs aînés pour ce qu’elle est vraiment : une des émanations les plus totalitaires de l’autorité de l’état. Faire s’apitoyer les élèves sur le sort des poilus de Verdun est une chose, les amener à comprendre que la mort de millions d’individus ne résulte ni du hasard ni de la fatalité mais qu’elle est l’aboutissement des efforts jamais démentis et des ambitions criminelles des dirigeants nationaux serait sans doute plus conforme à la vérité historique, aux compétences intellectuelles et aux objectifs civiques que l’enseignement de l’histoire prétend promouvoir. « Poser des questions, se poser des questions », comme le demandent les derniers programmes officiels ? Oui mais pas trop quand même et surtout pas sur la guerre.

Comme chaque année à l’occasion du 11 novembre, les enfants des écoles seront conduits devant les monuments aux morts de la commune : la Marseillaise règlementaire qu’ils délivreront alors satisfera probablement les « détrousseurs de cadavres et imposteurs » locaux. Instrumentalisation rituelle des morts, comme celle à laquelle se sont complaisamment livrés, à Saint-Lô, des enseignants de la Manche en réquisitionnant sans état d’âme apparent un millier de collégiens pour une Marseillaise en hommage aux morts de la Première guerre mondiale … et aux victimes du terrorisme. Les morts ne sont plus là pour leur dire ce qu’ils pensent de cette manipulation ni s’ils se sentent vraiment honorés par ces appels à verser toujours plus de sang. Même impur.

(1) Le récit du commun, sous la dir. de F. Lantheaume et J. Létourneau, Presses universitaires de Lyon, 2016.

(2) Dans l’ordre : Louis XIV, Napoléon, Charlemagne, Louis XVI, Clovis, De Gaulle, Hitler, Sarkozy (l’enquête s’est déroulée pendant la campagne électorale de 2012...), César, Vercingétorix. Rien que des bienfaiteurs de l’humanité.

3 Messages

  • A l’école, on ne commémore pas les guerres : on les célèbre 21 novembre 2016 12:33, par Millot Raymond

    Rêvons : un prof propose différents documents sur la guerre de 14 et invite les élèves à une analyse comparée.
    L’un des documents pourrait être celui-ci, qu’il faudrait faire connaître largement à cet effet.
    Prenez trente minutes pour le regarder, vous ne le regretterez pas !

    http://radioeveil.com/on-croit-mourir-pour-la-patrie-on-meurt-pour-des-industriels/

    Voir en ligne : http://radioeveil.com/on-croit-mour...

    repondre message

  • A l’école, on ne commémore pas les guerres : on les célèbre 22 novembre 2016 12:25, par FLAMMANT Thierry

    Très utile mise au point dont on pourra vérifier les arguments à chaque commémoration du 11 novembre, par exemple. Les invitations reçues par les enseignants ne sont, la plupart du temps, que des sollicitations pour emmener des élèves écouter les discours patriotiques et chauvins des élus et des militaires. Les manuels d’histoire - y compris les plus récents - s’abstiennent d’aborder les thématiques liées aux refus de guerre, aux fusillés pour l’exemple, aux profiteurs de guerre (le Medef de l’époque), à la trahison fondatrice des socialistes. La question clé : comment cette guerre a-t-elle été possible ? est rarement posée ou quand elle l’est les réponses apportées ou attendues restent dans le domaine de la "ligne générale" normée et consensuelle. Voilà, à titre d’exemple, une fiche de témoignages que je donne à mes élèves de 3e depuis de longues années. Elle permet de travailler presque tous les aspects de la Grande guerre, y compris la notion contestée de "guerre totale". Il suffit de réfléchir, de penser la guerre, de rechercher les sources et de les proposer.

    TEMOIGNAGES DE « POILUS »

    Texte 1
    « 25 mars 1916. Ma chère mère, par quel miracle suis-je sorti de cet enfer, je me demande encore bien des fois s’il est vrai que je suis encore vivant ; pense donc, nous sommes montés mille deux cents et sommes redescendus trois cents ; pourquoi suis-je de ces trois cents qui ont eu la chance de s’en tirer, je n’en sais rien, pourtant j’aurais dû être tué cent fois... Huit jours sans boire et presque sans manger, huit jours à vivre au milieu d’un charnier humain, couchant au milieu des cadavres, marchant sur nos camarades tombés la veille... » G. Biron, tué en 1916 (Paroles de poilus).

    Texte 2
    « 15 juillet 1916. Mes chers parents, je suis encore vivant et en bonne santé, pas même blessé alors que tous mes camarades sont tombés morts ou blessés aux mains des boches qui nous ont fait souffrir les mille horreurs, liquides enflammés, gaz lacrymogènes, gaz asphyxiants, attaques... Je suis redescendu de première ligne ce matin. Je ne suis qu’un bloc de boue et j’ai dû faire racler mes vêtements avec un couteau car je ne pouvais plus me traîner... J’ai sommeil, je suis plein de poux, je pue la charogne des macchabées... » Georges (Paroles de poilus).

    Texte 3
    « Les mitrailleuses ronflent, les fusils grésillent. Les gens d’en face font tous leurs efforts pour avancer ; ce sont des Français. Ils atteignent les débris de barbelés et ont déjà des pertes visibles. Toute une file est fauchée par la mitrailleuse qui est à côté de nous ; puis les assaillants se rapprochent. Je vois l’un d’eux tomber, la figure haute. Le corps s’affaisse sur lui-même comme un sac, puis se détache tout entier et il n’y a plus que les mains coupées par le coup de feu, avec des tronçons de bras qui restent accrochés dans les barbelés. Nous sommes devenus des animaux dangereux. » E.-M. Remarque, A l’ouest rien de nouveau, 1929.

    Texte 4
    « 28 décembre 1914. Ma bien chère petite Alice. Nos quatre jours de tranchées ont été pénibles à cause du froid et il a gelé dur, mais les Boches nous ont bien laissés tranquilles. Le jour de Noël, ils nous ont fait signe et nous ont fait savoir qu’ils voulaient nous parler. C’est moi qui me suis rendu à 3 ou 4 mètres de leur tranchée d’où ils étaient sortis au nombre de trois pour leur parler... Ils demandaient qu’on ne tire aucun coup de fusil pendant le jour et la nuit, eux-mêmes affirmant qu’ils ne tireraient pas un seul coup. Ils étaient fatigués de faire la guerre, disaient-ils, étaient mariés comme moi... Ils me passèrent un paquet de cigares... » G. Berthier, tué en 1915 (Paroles de poilus).

    Texte 5
    « 1915. Je verrai toujours devant mes yeux cet homme à genoux, les yeux bandés, les mains attachées au poteau ; un feu de salves et c’en est fini de l’existence. Pourtant ce n’est pas un crime qu’il avait commis, alors que nous montions à Notre-Dame de L. Il était resté en arrière, en essayant de sauver sa peau, il s’est embourbé davantage... cet homme est père de quatre enfants. On a voulu faire un exemple et cela est tombé sur lui. » A. Renoir (Paroles de poilus).

    Texte 6
    « Le chemin creux nous apparaissait comme une série d’énormes entonnoirs, remplis de lambeaux d’uniformes, d’armes et de mort ; à perte de vue, le terrain était complètement retourné. Pas un seul petit brin d’herbe. Les défenseurs morts gisaient pêle-mêle parmi les vivants. En creusant des trous pour nous terrer, nous nous aperçûmes qu’ils étaient empilés par couches les uns au-dessus des autres. Les compagnies qui avaient tenu bon sous le pilonnage avaient été fauchées l’une après l’autre, puis les cadavres avaient été ensevelis par les masses de terre que faisaient jaillir les obus. » E. Jünger, Orages d’acier, 1920.

    Texte 7
    « 3 décembre 1917 … certains pauvres poilus ont appris à leurs dépens qu’ils ne devaient pas avoir la langue trop longue, ni même recevoir des lettres (qui sont d’ailleurs supprimées) sur lesquelles les parents ont souvent aussi la langue un peu longue. C’est révoltant mais c’est ainsi. » H. Bouvard (Paroles de poilus).

    Texte 8
    « Mai 1917. Deux régiments venaient de se mutiner et s’étaient emparés de la caserne en criant : « Paix ou Révolution ! » ... Le lendemain soir, à sept heures, on nous rassembla pour le départ aux tranchées. De bruyantes manifestations se produisirent, cris, chants, hurlements, coups de sifflets ; bien entendu, L’Internationale retentit ; si les officiers avaient fait un geste, dit un mot contre ce chahut, je crois sincèrement qu’ils auraient été massacrés sans pitié tant l’exaltation était grande... Bientôt, à notre grande surprise, une colonne de cavalerie nous atteignit et marcha à notre hauteur. On nous accompagnait aux tranchées comme des forçats qu’on conduit aux travaux forcés. » L. Barthas, Les carnets de guerre d’un tonnelier…, 1977.

    Sites Internet à consulter :

    www.chtimiste.com/carnets/courouble.htm
    www.association14-18.org/references/genealogi....
    http://education.france5.fr/verdun
    http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/
    http://www.chemindesdames.fr/
    http://crid1418.org/
    http://centenaire.org/fr

    Fiche de travail T. Flammant – classe de 3e – collège de Langeais

    repondre message

  • Merci pour ce texte.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1106