dimanche, 28 mai 2017|

14 visiteurs en ce moment

 
Questions de classe(s)

6 février 1934 : Nuit d’émeute à Paris - Twhistoire par Mathilde Larrère

   Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF

Pour voir directement ce Twhistoire sur Twitter
https://twitter.com/LarrereMathilde/status/828549777604374529


1) L’émeute, préparée par les ligues d’extrême droite visait moins un coup d’état fasciste que le renversement du gouvernement d’Union de la gauche

2) Depuis 1932 une majorité parlementaire parti Radical +SFIO soutenait un gouv radical.

3) L’émeute s’inscrit dans un contexte de profond antiparlementarisme et de crise économique (depuis 1929)

4) Ainsi que dans un contexte international de prise de pouvoir du fascisme (en Italie comme en Allemagne)

5) L’antiparlementarisme, latent depuis les débuts de la IIIe, était particulièrement alimenté par les associations d’anciens combattants de la grande guerre

6) Voir le livre d’Antoine Prost

7) Qui plus est, l’antiparlementarisme avait été réactivé par des scandales politico financiers

8) L’un deux, l’affaire du crédit municipal de Bayonne mouillait un escroc proche de la gauche (enfin des radicaux) : Stavisky

9) La droite et l’extrême droite s’en emparent d’autant plus goulument que les autres affaires visaient plutôt leur camp

10) La mort suspecte de Stavisky (8 janv) met le feu aux poudres : l’Action fr lance une attaque en règle contre la majorité radical-SFIO

11) Et comme Stavisky est juif, d’origine étrangère vous imaginez la xénophobie…

12) Les manifestations aux cris d’ « A bas les voleurs ! A bas les assassins ! » se succèdent tout le mois de janvier.

13) Elles poussent à la démission du gouvernement Chautemps. Un nouveau gouv radical est formé derrière Daladier

14) Il faut comprendre que ces manifestations d’extrême droite à Paris étaient plutôt tolérées par le préfet de Police Chiappe, proche de ces milieux

15) Or le 3 février, Chiappe est muté au Maroc. Fureur de l’extrême droite !

16) Des appels à manifester le 6 fev sont placardés dans tout Paris

17) La manifestation se prépare en ordre dispersé. Chaque ligue, chaque assoc d’anciens combattants a son point de ralliement, son trajet

18) L’ARAC, association communistes d’ancien combattant appelle aussi à manifester mais sur des mots d’ordres qui lui sont propres

19) Les différentes ligues devaient converger sur la Concorde et faire une démonstration de force.

20) Dans la fin d’après midi, la situation est déjà tendue sur la place : projectiles, affrontements avec les forces de l’ordre

21) Vers 20 h, les cortèges d’anciens combattants arrivent sur la place. Leur défilé ramène le calme sur la place

22) Mais à peine sont-ils partis que l’émeute reprend de plus belle ! Le service d’ordre tire à plusieurs reprises.

23) Pendant ce temps, les Croix de feu du colonel La Roque font, étonnamment, le choix de refuser l’épreuve de force

24) Après avoir défilé à part, rive gauche, il se disperse sur ordre du Colonel. Certains rejoignent individuellement l’émeute

25) Le plan était d’imposer à l’assemblée un gouvernement provisoire de députés de droite qui attendaient à l’HdeV

26) en fin de soirée, ces députés et conseillers municipx se dirigent, ceints de leurs écharpes tricolores, à l’assemblée

27) Une délégation est reçue. Pendant ce temps dans l’hémicycle la droite essaie aussi d’exploiter l’événement.

28) La droite crie « Démission ! Gouvernement d’assassins », les communistes « Vive les soviets » ! des députés en viennent aux mains !

29) Pourtant a séance se clôt sur un vote de confiance qui donne une nouvelle majorité à Daladier ! à priori, le gouv s’en tirait

30) Pb, Daladier ne trouve pas d’appui dans l’appareil d’état. Le procureur général freine les mesures de répression réclamée

31) Les commissaires envoyées arrêter les leaders des ligues ne font pas preuve de zèle… et les qq arrêtés sont relâchés.

32) Au matin du 7 on relève 14 morts et 657 blessés, mais 2 d’entre eux décèderont plusieurs mois plus tard des suites de leurs blessures. 

33) Dans ce contexte, certains ministres veulent démissionner, et le parti radical lâche Daladier

34) Les présidents des deux assemblées poussent le président du conseil à démissionner.

35) Seul Blum l’assure du soutien de la SFIO, la CGT lui fera parvenir aussi son soutien mais trop tard car…

36) Daladier se sentant laché de partout et n’arrivant pas à s’imposer à la justice/police capitule… et démissionne

37) Qq jours plus tard les radicaux acceptent de former avec la droite (sans la SFIO) un gouv d’Union nationale…

38) A noter que Pétain était dans le nouveau gouvernement ainsi formé

39) Les ligues auront donc surtout été le bras armé de la droite parlementaire qui a pu prendre le pouv en pleine mandature !

40) d’ailleurs la droite au pouvoir, les ligues se calment étonnamment…

41) Mais le choc du 6 février suscite des réactions à gauche. D’abord de la part du PCF qui organise une manifestation le 9. Laquelle est réprimée.

42) En réaction à cette répression c’est toute la gauche qui appelle à se mobiliser le 12 : grève et manifestation, syndicale et partisane.

43) D’abord en ordre dispersé. la gauche était alors très divisée entre communistes et socialistes, ce qui se retrouvait au niveau syndical

44) deux cortèges s’élancent : SFIO et CGT d’un coté, PCF et CGTU de l’autre. Le mot d’ordre est « antifascisme »

45) La suite on la connaît, les deux cortèges socialistes et communistes fusionnent spontanément place de la Nation au cri d’Unité !

46) Une des premières pierres du front populaire était posée…

47) Aragon sur les 6, 9 et 12 février

http://merlerene.canalblog.com/archives/2014/08/22/30476428.html

- à lire

Pour mieux voir l’iconographie :
https://twitter.com/LarrereMathilde/status/828549777604374529

************
Ces Twhistoires ont été écrits et publiés initialement sur le réseau social Twitter par Mathilde Larrère, maître de conférence en histoire contemporaine et historienne des révolutions et de la citoyenneté (UPEM), dans le format contraint de Twitter : 140 signes maxi + une éventuelle iconographie.

Il nous a semblé important de diffuser régulièrement ce travail de vulgarisation sous une forme aussi proche que possible des twits originaux réunis ici dans un seul post. (Nous n’avons pas modifié la graphie des twits.)

Adresses Twitter

Mathilde Larrère
@LarrereMathilde

François Spinner - QdC
@FrancoisSpinner

Grégory Chambat - QuestionsdeClasse(s)
@Questions2C

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

 
À propos de Questions de classe(s)
Questions de classe(s) Lire, écrire... lutter Acteurs de l’éducation : parents, travailleurs, chercheurs, issus de différents horizons associatifs, pédagogiques, syndicaux, etc., nous pensons que la question scolaire est une question politique. Notre pari est de proposer un espace (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS

Lettre d’info n° 13 / février 2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

Livres jeunesse hiver 2012-2013[tiré de N’Autre école le 17 mars 2013]

0 | 2 | 4 | 6 | 8 | 10 | 12 | 14 | 16 | ... | 1062